AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 « La maison de Dieu »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ellyn Cromwell

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Toy... ?

Élèments : Traverser les matières solides, invisibilité

MessageSujet: « La maison de Dieu »   Jeu 12 Juin - 2:36:52

« Toy ! Toy ! Tu as vu cette église ? Bouuh !! Qu’elle est laide la pauvre ! Et où sont la croix et le clocher ? Où sont les fidèles ? Laide et seule, que c’est triste ! »

Elle étira ses bras et marcha sur la pointe des pieds tel un funambule avant de s’écrouler dans l’herbe. Elle roula un moment sur une pente douce avant de se relever d’un bond et de se mettre à courir.
Le sac qu’elle avait à son arrivée dans cette étrange école pendouillait à son épaule d’où dépassait la tête de son compagnon d’infortune. Vêtue d’un simple pantalon noir, elle ne se gênait pas pour tomber à chacun de ses pas, ne risquant pas les éventuelles tâches que provoque de temps en temps le contact des vêtements avec l’herbe. Sa bonne éducation ne lui permettait pas de se présenter à quelqu’un (même si, pour le moment, elle était seule) avec des habits sales, c’était contraire à tous ses principes et Papa la gronderait fermement si elle osait commettre une telle impudence.


« Allons la voir Toy ! Allons voir l’église, tant de solitude, elle doit être las. »

Ce qu’Ellyn prenait pour la maison de Dieu était en fait une maison au style plus que patibulaire qui se dressait au milieu de quelques touffes d’herbes. Elle était loin d’être le genre d’endroit que l’on a envie de voir pour sa première visite des lieux, mais la jeune fille n’était pas comme les autres.
Elle se dirigea en courant vers un petit portail fait de planches mal mises et regarda la maison qui la toisait de toute sa hauteur. En réponse à ce regard, Ellyn adopta une posture dédaigneuse avant de pousser les planches de bois pour entrer.

Elle se retrouva dans un jardin dont la majeure partie des plantes était morte et elle éclata de rire avant de tournoyer, enivrée par tant de noirceur.


« Pauvre petite église, n’as-tu donc pas reçu la bénédiction de Notre Père ? Où est-il d’ailleurs ? Aux cieux ? Qu’il est loin ! Et quand revient-il ? »

Elle n’attendit pas la réponse qui ne viendrait de toute façon jamais et se précipita vers les deux battants qui maintenaient scellée l’entrée de la bâtisse. Elle posa sa main sur la poignée, refermant les doigts dessus et la poussant doucement, celle-ci résista et, ne s’embarrassant pas de questions inutiles comme « Pourquoi la maison était-elle fermée à clef ? », elle décida tout simplement d’achever la porte avec son épaule en criant qu’une église ne devait pas refuser l’entrée d’une fidèle aussi pieuse qu’elle l’était.
Le battant céda, emportant dans sa chute l’inconsciente jeune fille qui se retrouva couverte de poussière. Mon Dieu, que c’était sale ! Elle toussa et se releva en époussetant ses vêtements. Une vive douleur se fit ressentir au niveau de sa cheville à laquelle elle jeta un bref coup d’œil, elle était foulée, c’était bien sa chance. Elle se contenta de l’ignorer et poursuivit sa route.

Le parquet craqua sous ses pas, donnant à la maison un aspect lugubre et sinistre. Les fenêtres étaient tellement encrassées qu’elle n’arrivait pas à entr’apercevoir le paysage à l’extérieur. Beurk ! Dieu était bien négligent pour laisser sa maison tomber dans une telle ruine. Où était le prêtre ? Elle avait plusieurs choses à lui dire quant au respect qu’il devait à ce lieu sacré.
Au bout d’un couloir qui s’étirait devant elle, elle crut distinguer un escalier et ses soupçons s’avérèrent fondés lorsqu’elle se retrouva devant celui-ci. Avec prudence, elle grimpa une à une les marches, mais relâcha sa vigilance sur les dernières. Le bois moisi et rongé par des termites céda sous son poids et sa jambe droite se retrouva coincée.


« Dieu n’est pas gentil ! Dieu n’est pas gentil ! »

Elle appliqua d’un coup ses deux mains sur sa bouche en écarquillant les yeux. Elle regarda son ourson avant de secouer la tête.

« Non, je ne suis pas hérétique, non, non, non ! »

Elle tenta vainement de dégager sa jambe avant de renoncer en soupirant.

« Bloqués, Toy. Nous sommes bloqués. »

[Libre : à qui veut d'une folle ^^' ].
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Hanso

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Il vaut mieux que personne soit l'ame soeur de Tony

Race : Luna
Élèments : Invisibilité, Traverser la matiere, Se téléporter

MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   Dim 15 Juin - 22:37:36

Pas loin de l'école, il y avait une école dites "hantés", ce qui était très bizarre car ce monde était déjà un monde de mort. Pouvait il y avoir des fantômes dans le monde des morts, des morts effrayant d'autres morts, cette idée était stupide. En tout cas cet endroit était peu fréquenté par les shinigami, peut être était il ennuyant ou alors cette aspect lugubre ne donnait pas envie d'y mettre les pieds. Pourtant il y avait une personne qui s'y dirigeait, une personne avec une bouteille d'alcool à la main, c'était Tony. Arrivé devant le petit portail, il pu constater que celui-ci était ouvert, il continua son chemin sans s'en soucier et sans même faire attention à ce que la porte soit ouverte. Soit une personne était entré avant, soit la porte était tellement usés qu'elle ne se fermait plus, ce qui n'était pas étonnant vu l'état de cette vieille maison.

Tony entra dans la maison et tourna tout de suite dans la salle qui était à côté, sans regarder l'escalier qui était en face de l'entrée au bout d'un couloir. Il avança jusqu'au coin de la pièce pour finalement s'assoir sur ses fesses. Avant de mettre la bouteille à sa bouche, il la leva et dit assez fort.


"A Alain, Adaru et Jambo, les seuls amis que j'ai eu, et qui...sont sûrement mort."

Les personnes qu'il venait de mensionner était des shinigamis qui étaient présent pendant la guerre des clans, ils étaient maintenant morts. Ils avaient succombé pendant la guerre et Tony n'avait pas pu se comporter d'une bonne façon avec eux. Mais ce qui était bizarre, c'était le fait que Tony se soucie de leurs sorts, peut être se moquait il, car ce n'était pas son genre de regretter les choses. En fait Tony n'était pas vraiment une mauvaise personne sans sentiments, il jouait ce rôle pour éviter d'avoir des amis et de les perdre à nouveaux. Il se persuadait lui même qu'il était ce genre de personne, c'était pour ça que les professeur possédant des pouvoirs télépathiques entendait les pensés douteuses de Tony, c'est pour ça qu'il ne pouvait pas savoir qu'elle était la vrai personnalité de Tony. Tony avait cessé d'être fou pendant la guerre des clans, à cause de quelque chocs surnaturels et il était devenu quelqu'un de normal. La perte de ses amis l'avait bouleversé et l'avait fait culpabilisé, il avait décidé de se punir lui même en adoptant une attitude detestable. Aujourd'hui, il en avait marre, mais il ne deviendrait pas gentil d'un coup comme ça. Il n'était pas de nature gentil, mais il n'était pas non plus provocateur idiot comme il voulait le faire croire. En buvant gorgé par grogé, il entendit un bruit qui le mit en alerte, il ne voulait absolument pas qu'une personne le voit comme ça, son premier reflexe était de se mettre invisible.

Tony alla regarder à l'entrée pour voir si quelqu'un pénétrait dans la maison, il remarqua très vite que personne n'était entré après lui. Le bruit avait donc été causé par une personne qui était là depuis le début, il se demanda si on était pas en train de l'espionner, puis il entendit un cri, il pu entendre le mot "dieu". Il se retourna car ce bruit venait des escaliers au fond du couloir, il se rapprocha pour voir qui était là tout en restant invisible. En arrivant près de ces escaliers, il vit une fille qui avait l'air d'avoir des ennuies. Tony la reconnut, c'était cette fille bizarre qui parlait à sa peluche, celle qui avait les cheveux bleus et les yeux rouges. Il la trouvait bizarre car elle parlait à une peluche et qu'elle avait dépassé l'âge d'avoir un doudou. Mais en y réflechissant bien, c'était les autres qui étaient bizarres, oui, car ce n'était pas normal d'avoir une attitude des plus banal après la mort, il faisait comme si ils ne s'étaient jamais suicidés, il reprenait la vie si facilement comme si de rien n'était. Pourquoi les gens devraient ils être logique après la mort, quelque part, cette fille avait raison d'être bizarre, même si elle en n'était peut être pas consciente.


*Qu'est-ce qu'elle fout là..?*

Tony remarqua qu'elle avait la jambe coincé dans l'escalier, elle n'arrivait pas à s'en sortir toute seule. Il leva son pied au dessus d'elle dans le but de la frapper, mais il s'arrêta pensant que c'était inutile de jouer au méchant car elle ne le voyait pas. Et puis, il pouvait toujours essayer une bonne action, elle ne pourait pas en témoigner. Il prit la jambe de cette jeune fille et la décoinça après quelque petits efforts, mais il resta invisible. Tony resta là à la regarder, rien que l'observer, il voulait savoir ce qu'elle ferait, comment elle se comporterait. Il n'avait que ça à faire, de toute façon il ne perdait pas son temps étant donné que les shinigamis était éternel, autant profité de son immortalité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyn Cromwell

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Toy... ?

Élèments : Traverser les matières solides, invisibilité

MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   Lun 16 Juin - 2:47:41

Une sensation au niveau de sa jambe, puis plus rien et elle constata sa liberté. Elle se redressa, ses yeux ne voyant rien d’autre que le vide. Elle rajusta son sac et termina son ascension de l’escalier en pouffant de rire, ne s’étonnant pas de ce miracle.

« Dieu a donc tourné ses yeux vers cet endroit pour nous venir en aide. Toy, remercions-le de sa générosité. »

Elle ferma les yeux, mais n’imita pas ce geste de croix qu’effectue tout bon chrétien après chaque prière : elle ne se signa pas.
Elle considérait que Dieu n’avait pas de temps à perdre et qu’un remerciement suffisait largement. Elle ne s’embarrassa pas non plus du « Amen », faisant volte-face pour aller gambader dans le nouveau couloir qui semblait s’étirer à l’infini.

Tourbillonnant, virevoltant, bondissant, bref, ne tenant pas en place, elle parcourut ce nouveau passage dans toute sa longueur avant de revenir sur ses pas et d’ouvrir la première porte qui lui tomba sous la main.
Elle referma ses doigts autour de la poignée, utilisant sa main libre pour couvrir sa bouche de son index tout en regardant son ourson d’un œil sévère.


« Chut, Toy, d’accord ? Nous nous trouvons dans la maison de Dieu, fais preuve de respect ! »

Elle força un peu sur le battant et entra dans la pièce.

Une table, surmontée d’une nappe, qui avait dû être blanche à l’origine, et de deux chandeliers, trônait fièrement au fond de la salle sur une estrade telle la reine des lieux. Derrière ce meuble, il était en effet possible d’englober du regard la totalité de la pièce. Ellyn se précipita vers celui-ci, ne montant cependant pas sur ce qu’elle prit d’abord pour une scène de théâtre et dont elle ne compris pas tout de suite l’utilité et se plaça dos à lui, un grand sourire aux lèvres.
Ses yeux parcoururent l’ensemble de la pièce poussiéreuse, ne s’attardant que peu sur les carreaux toujours aussi dégoûtants qui lui arrachèrent une grimace et elle se promit cette fois de réprimander sévèrement le prêtre qu’elle trouvait aussi négligent que paresseux. Rangés contre les murs s’alignaient des bureaux tout aussi sales que les lieux, couvert de poussières et, de là où elle se trouvait, elle pouvait encore voir des dessins et autres inscriptions sûrement inscrits par des étudiants que leur professeur ennuyaient.
Elle se tourna ensuite vers l’armoire cachée dans l’ombre et vers le coffre situé dans un coin lui aussi. C’étaient les deux négligés, les deux abandonnés. Elle décida que la table attirait assez l’attention comme ça et, après s’être remise face à elle, lui tourna proprement le dos pour s’avancer vers l’armoire.
Elle s’attendait à découvrir quelques trésors laissés là par des élèves peu respectueux de leurs affaires ou ayant des choses à cachées, mais fut déçue de ne rien découvrir d’autre qu’un vieux ballon. Néanmoins, elle l’attrapa et s’amusa un moment à le faire rebondir dans toute la pièce avant de se rendre compte, effrayée, du bruit qu’elle causait.


« Dieu me pardonnera, n’est-ce pas, Toy ? Si je suis silencieuse maintenant, il ne m’en voudra pas trop ? »

Elle entreprit de s’enfermer dans l’armoire, voyant en elle un confessionnal et demanda pardon pour le pêcher qu’elle venait de commettre, promettant à l’avenir d’être sage et pieuse. Elle ressortit de là, satisfaite et, dans la plus grande discrétion, prit le chemin du coffre dont elle souleva lentement le couvercle.
À l’intérieur, des habits, probablement de carnaval, qui ravir la folle jeune fille. Elle les tira de là et les étala un à un sur le sol. Il y avait là de tout, du mystérieux pierrot en passant par la douce Esméralda et en allant jusqu’à l’innocente bonne sœur.
Ellyn se saisit de ce dernier costume et chercha du regard une glace qu’elle ne tarda pas à trouver. Elle enfila cet habit de nonne par-dessus ses vêtements, ne comptant pas le garder, puis, fière d’elle, elle grimpa sur l’estrade et se plaça derrière la table prenant un air qu’elle voulait sérieux et grave.


« Mes chères sœurs… »

Elle ne pu terminer sa phrase, partant dans un fou rire incontrôlable.
Craignant d’offenser Dieu et redoutant une possible punition, elle se cacha sous la table qui n’était creusée que du côté où elle se trouvait, une planche de bois masquant la jeune fille à la vue du reste de la pièce. Elle serra sa peluche contre elle, attendant que sa crise d’hilarité cesse.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Hanso

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Il vaut mieux que personne soit l'ame soeur de Tony

Race : Luna
Élèments : Invisibilité, Traverser la matiere, Se téléporter

MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   Lun 16 Juin - 13:33:42

La fille se releva, chercha ce qui l'avait libéré, puis elle dit à son ours en peluche que dieu lui était venu en aide. Tony fut supris, il se gratta la tête avant de se souvenir qu'il était invisible, donc pour une nouvelle arrivante, il n'était pas étonnant de croire que dieu était là, elle n'aurait pas pu se douter que quelqu'un d'invisible la surveillait. Tony fut encore plus étonné quand il la vit fermé les yeux un instant, puis elle continua son chemin comme si de rien n'était, dans un très long couloir. Elle était très agité, malgrer cette apparence d'adolescente, on aurait pu croire que c'était une gamine, non c'était une gamine dans sa tête, cette façon de parler à son ours et d'avoir un ours confirmait qu'elle n'était qu'une petite fille dans sa tête. Elle avait du subir de graves chocs pour arriver là, ou peut être depuis sa naissance elle était comme cela. En tout cas Tony trouvait ça très étrange, mais quand il pensait aux autres filles de la shinigami school, il y en avait beaucoup dans son cas, elles étaient petite,elles avaient un style vestimentaire pour enfants et avaient des petites manies de gamine, bref cette fille n'était pas la seule. Toutes ces filles étaient mieux dans le monde des shinigamis que sur terre, car la terre était un véritable enfer comparé à ce monde, les rares guerres qu'il y avait eu, étaient douces par rapport aux guerres sur terre, il y avait moins de crimes. Pourtant, quand les êtres humains avaient du pouvoir, ils l'utilisaient à des fins tragiques, ça n'était pas vraiment arrivés dans ce monde, sinon ils seraient tous morts dans d'atroces souffrances.

Tony se mit à la suivre, jusqu'à qu'elle entre dans une pièce, il la regarda vite fait explorer la pièce et décida d'explorer d'autre pièces aussi. Il rentra dans ce qui semblait être une chambre, balayé par les courants d'air, elle était dans un sale état. Un lit, qui en son temps devait être propre et confortable, était maintenant recouvert de poussière et de tâches assez inquiétantes de couleur rouges virant au marron. Tony ne se demanda pas ce que c'était et ne voulait pas le savoir, il regardait un bureau non loin, sur lequel était posé une bouteille de vin. Il la prit et l'ouvrit, la bouteille ouverte libéra une odeur nauséabonde, ça ne donnait certainement pas envie d'y gouter. Tony s'aventura dans le fond de la pièce attirer par autre chose, sur le mur se trouvait une sorte de symbole étrange, le symbole semblait abimé, il manquait un morceau. Tony regarda autour de lui, puis par terre et vit le morceau manquant, le prit et le remit à sa place. Le symbole étrange se mit à briller, une forme ectoplasmique se mit à apparaitre près de Tony, qui fut intrigué. La forme ne semblait pas faire attention à Tony qui n'était plus invisible, c'était sûrement un sortilège réservé pour les épreuves, car cet endroit faisait partie des airs d'épreuves. La forme ectoplasmique sortit de la pièce lentement, Tony se dit que ce sortilège devait être défectueux, car c'était innofensif il avait mit sa main mais la forme l'avait traversé et aucune sensation ne s'était fait ressentir. Tony suivit la forme ectoplasmique qui se dirigeait vers la pièce où était la fille.

Arrivé dans la pièce, il vit une personne derrière un autel, elle avit l'air d'une nonne. Celle-là n'avait pas fait attention à la présence de la forme et de Tony, car elle s'était caché et s'était mis à rire. Tony avait pu voir une peluche dans sa main, il comprit que c'était la même gamine de tout à l'heure, elle s'était seulement déguisé. La forme avança jusqu'à l'autel et se dissipa, Tony n'était plus invisible mais il avait oublié ça. Il s'avança vers la cachette de la fille, se baissa pour la regarder et remarqua enfin qu'elle le voyait. Décidant qu'il était trop tard pour se remettre invisible, il décida de lui parler.


"Tu fais quoi ici?"

Il resta en face d'elle attendant une réponse, il se demandait comment allait elle réagir. Allait-elle lui présenter son ours en peluche ou un autre truc du genre, Tony ne s'attendait pas quelque chose de normal de sa part.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyn Cromwell

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Toy... ?

Élèments : Traverser les matières solides, invisibilité

MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   Lun 16 Juin - 22:56:36

Dieu voit tout, Dieu sait tout, Dieu scrute chacun de nos gestes pour mieux nous juger à notre mort, Dieu décide de ce que nous devenons, Dieu nous a créé, il peut donc nous détruire, Dieu est tout puissant, Dieu est…

« Chuuut ! »

Elle se recroquevilla un peu plus contre la table, essayant de se dissimuler à la vue de celui qu’elle croyait être aux cieux. Elle serra un peu plus fort son ours et soupira tandis qu’elle espérait secrètement que Dieu ne l’ait pas vu en train de rire alors qu’elle imitait l’une de ses suivantes. Dieu était à même de la punir pour ses fautes, elle n’était rien face à lui, Dieu était la seule personne capable de faire en sorte que vous vous sentiez misérables face à lui. Il était le seul qui arrivait à faire réellement peur à quelqu’un.
Elle passa une main dans ses cheveux qu’elle ébouriffa, ses doigts se posèrent sur le sol et rencontrèrent alors une trappe. Au toucher, elle pu distinguer une sorte de poignée qui devait servir à soulever le bois.


« Un passage secret, Toy ! » Chuchota-t-elle.

Tout émoustillée de sa découverte, elle mit un moment avant de voir les deux yeux qui l’observaient. Curieuse, elle comprit que ceux-ci appartenaient à un être humain qui lui demanda ce qu’elle faisait là. Elle se redressa d’un coup, sa tête tapant contre la table et sortit de sa cachette en se massant le crâne. Elle se tourna vers celui qui l’avait découverte, les larmes aux yeux.


« Ça fait mal ! »

Encore sonnée par la douleur, elle scruta l’inconnu un moment et finit par écarquiller les yeux de surprise. Oubliant les bases de la politesse, elle le désigna du doigt avant de lâcher un cri de stupéfaction.

« Vous êtes le prêtre, c’est bien cela ? Sachez, Mon Père, que cette église est bien mal entretenue, je vous saurais gré, à l’avenir, de la nettoyer un peu et d’en prendre soin. La pauvre, elle n’attire personne. »

Se massant le crâne, elle finit cependant par se rendre compte qu’elle avait affaire à un homme. Son réflexe fut immédiat, elle recula tout en continuant de sourire pour finir par se détourner complètement de son interlocuteur.
Dans le vague espoir de l’oublier, le temps de se faire à sa présence, elle entreprit de remettre sa peluche dans son sac et de pousser la table vers le bord de l’estrade pour dégager le mystérieux passage découvert un peu plus tôt. Ses efforts portèrent rapidement leur fruit et la découpe effectuée dans le bois s’offrit enfin à ses yeux amusés.
Ne se préoccupant plus du jeune homme qui était avec elle, elle tira fermement sur la poignée ce qui eut pour effet d’ouvrir la trappe dans un grincement agaçant dont elle s’accommoda bien rapidement.

À l’intérieur, une échelle descendait dans le noir, rendant au tout un aspect sinistre. Cette église était décidément bien étrange. Elle ne comportait aucune décoration, aucun vitrail pour égayer les murs, aucun tableau… De plus, elle se découpait en plusieurs pièces, et la pièce principale n’était pas le lieu de prière. Il ne s’agissait pas de ces édifices grandioses que l’on rencontre habituellement. Cette maison était vieille et elle semblait aller en se rabougrissant comme une grand-mère au fil des années.
Ellyn s’agenouilla au bord du trou, lançant un caillou qu’elle avait trouvé non loin de là à l’intérieur. Elle ne l’entendit pas toucher le sol et un nouveau fou rire l’a pris qu’elle dissimula au mieux.
Bien décidée à percer ce nouveau mystère, elle se releva, se dirigeant vers les costumes qu’elle avait laissés sur le sol et farfouilla un moment. Elle ne tarda pas à trouver ce qu’elle cherchait et passa de nonne à Sherlock Holmes, n’omettant pas la pipe et la loupe effigies de ce personnage crée par Sir Arthur Conan Doyle. Elle troqua la coiffe de la nonne avec le chapeau du célèbre détective et revint vers le passage. Se saisissant d’une lampe de poche, elle se tourna alors vers l’inconnu.


« Mon cher Watson, je compte à présent descendre cette échelle pour élucider cette nouvelle affaire, libre à vous de me suivre ou non. »

Elle posa son pied sur la première marche et commença sa lente descente dans le noir le plus complet.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Hanso

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Il vaut mieux que personne soit l'ame soeur de Tony

Race : Luna
Élèments : Invisibilité, Traverser la matiere, Se téléporter

MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   Mar 17 Juin - 11:27:26

Avant qu'elle ne s'aperçoive de la présence de Tony, elle ordonna le silence à sa peluche et elle découvrit quelque chose au sol. Puis elle remarqua enfin Tony, elle se cogna la tête et elle se mit lui faire la leçon sur la façon dont il fallait entretenir cet endroit comme si il était le propriétaire. Enfin elle pensait que Tony était un prêtre et que ce lieu était une église, on se demandait vraiment ce qui lui avait fait croire ça, cet aspect des plus lugubre, c'est vrai que les église était pour la plupart très sombre à cause de la couleur des murs. Ce qui fut le plus bizarre, c'est qu'avant même que Tony puisse dire quelque chose, elle se recula assez rapidement et lui tourna le dos. Tony ne savait pas trop comment réagir devant cette attitude bizarre, tout d'un coup elle parlait et juste après elle l'oubliait. Elle se concentra sur sa découverte au sol, elle poussa le meuble qui laissa place à une trappe fermé. C'était peut être pour ça que la forme ectoplasmique s'était dissipé à cette endroit, pour montrer le passage secret. La fille déguisé en nonne se mit à ouvrir la trappe, derrière se trouvait une échelle descendant dans l'obscurité total. La jeune fille jeta un caillou pour constater la profondeur, Tony regarda en même temps qu'elle, aucun bruit ne se faisait entendre, ça devait être très profond. Soudain elle prit un autre costume, elle enfila une tenue de Sherlock Holmes, un détective de roman. Elle se tourna vers Tony et l'appela Watson qui était l'associé de Sherlock, il savait au moins ça. Tony aurait pu dire beaucoup de chose, il aurait pu la critiquer et lui ordonner de revenir dans la réalité, mais il se contenta de jouer le jeu, après tout il n'avait rien à perdre.

"Je vous suis mon Monsieur Holmes."

Dit-il avec une moue d'ennuie et un enthousiasme quasi-inexistant, il trouvait ça un peu bête mais il se contenta de le faire sans poser plus de questions, il voulait observer jusqu'où allait la situation. Tony la regarda descendre lentement, puis il partit dans une autre pièce pour checher de quoi les éclairer, car il n'avait pas de pouvoir permetant de voir dans le noir. Les deux chandeliers sur l'autel était inutilisable, ça n'aurait pas durer longtemps, il entra dans une autre chambre, il put voir un bout de bois, il le prit et se téléporta en dehors de la maison pour prendre de quoi bruler. Avec son électricité, il fit jaillir quelque étincelles qui enflamma le bout de bois qui devint une torche, il se retéléporta dans la pièce avec le passage secret. La fille n'était pas totalement déscendu et n'avait pas vu Tony se téléporter. Il commença à descendre à son tour, tout en tenant la torche dans sa main.

Arrivés en bas, après une très longue descente, ils se trouvaient dans un couloir creusé dans la terre. Sur les côtés, on pouvait distinguer des portes, il y en avait quatre en tout, l'une en face de l'autre. Au bout du couloir se trouvait une plus grande porte, elle semblait très solide, Tony put voir, avec beaucoup de difficulté, qu'il y avait un kadenas sur la porte au fond du couloir, la clé était sûrement derrière les porte des côtés. Tony se mit à avancer doucement, il se tourna vers la fille et lui dit.


"Monsieur Holmes, je suggère qu'on se sépare et qu'on cherche chacun de notre coté la clé de la porte du fond."

Sans attendre la réponse de la fille, il se mit à avancer jusqu'à la première porte se situant à sa droite, dont le bois était moisie. La porte s'ouvrit et il découvrit une petite pièce qui ressemblait à une sorte de cagibi encombré d'objets inutiles: des cartons, des caisses en bois et quelque tissus. Mais il ne voyaitt pas le fond de la pièce, il décida d'avancer pour voir ce qui s'y trouvait, il voyait que le fond de le pièce était pleine de casiers chargés de bouteilles recouvertes par une épaisse couche de poussière. Tony n'avait pas vraiment envie d'y gouter il avait pu constater dans une pièce que les boissons de ces lieux était fort deplaisante. Comprenant qu'il n y avait rien d'interessant dans cette pièce, il décida de la quitter pour aller voir l'autre d'à côté.

Il ouvrit la seconde porte de droite, celle-ci avait quelque difficulté à s'ouvrir à cause de quelque chose qui se trouvait devant. Tony rapprocha la lanterne pour voir de quoi il s'agissait, la pièce était remplie de cadavre et de sang, Tony n'eut pas de réaction particulière devant cette vision macabre, il se contenta d'observer. Les cadavres était en décomposition, le sang était sec, Tony se demandait si il ne s'agissait pas d'une mise en scène pour les épreuves. Mais il pouvait y avoir plusieurs raison à ça, le monde des shinigami n'était pas peuplés que par ceux qui vivaient dans l'école, il y en avait d'autre des shinigami et cette scène avait sûrement été produite par un shinigami devenu fou. Ou alors s'agissait d'un suicide collectif, ces shinigami ne supportant pas cette deuxième vie, s'était suicidés une seonde fois. Des signes étranges étaient marqués avec le sang sec, comme des sortes de rituel. Tony referma la porte constatant qu'il n'y avait rien d'interessant dans celle-ci. Il décida cette fois d'aller voir ce que Sherlock girl avait découvert.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyn Cromwell

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Toy... ?

Élèments : Traverser les matières solides, invisibilité

MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   Mar 17 Juin - 20:00:34

La descente fut longue et fastidieuse. Le conduit était humide, elle ne se plaignit cependant pas, étant trop concentrée à essayer de ne pas glisser de l’échelle qui oscillait dangereusement. Elle arriva en bas sans encombre et déposa ses deux pieds sur le sol.
Quatre portes se regardaient en chien de faïences et Ellyn craignit un instant d’avoir interrompu un duel en cours depuis plusieurs siècles. Les portes ne la grondèrent pas et elle eut un sourire satisfait.
Au fond, un autre porte… La plus imposante, la plus grande. Elle était fermée à double tour pour empêcher quiconque d’entrer. Ce simple fait redoubla la curiosité naturelle de la jeune fille qui n’avait alors plus qu’une envie : ouvrir le cadenas et percer ce secret.

Son assistant, le docteur Watson, suggéra qu’ils explorent séparément les quatre autres pièces ce à quoi elle approuva sans plus attendre tout en se dirigeant vers la première porte à gauche. Celle-ci ne résista pas à ses assauts pour la débloquer et elle entrouvrit doucement le battant de bois, commençant par jeter un bref coup d’œil à l’intérieur dans la vague idée qu’une personne se trouvait là et qu’elle ne désirait pas forcément être dérangée. Elle sortit de son sac la lampe de poche qu’elle avait mise là de peur de la perdre et l’alluma alors qu’elle ouvrait grand la porte.
L’intérieur était aussi négligé que le reste de la bâtisse. Le faisceau de lumière balaya rapidement l’ensemble de la pièce dans le but d’avoir les dimensions de celle-ci avant qu’Ellyn ne décide de l’explorer plus en avant. Elle entra doucement, s’excusant de son impolitesse et attrapa sa loupe. La collant contre son œil, elle commença lentement la recherche de la clef, se baissant, inspectant de fond en comble le lieu.
La salle ressemblait beaucoup à une cuisine. Elle était munie de nombreux placards que la jeune fille ouvrit un à un, montant de temps en temps sur une chaise présente sur les lieux pour mieux en examiner le contenu. Elle alla jusqu’à sortir la poubelle présente sous l’évier et à en répandre le contenu sur le sol, rendant la pièce encore plus immonde qu’à son arrivée.
Après avoir constaté que la clef n’était pas là, elle sortit de la salle, refermant la porte derrière elle et remerciant une personne invisible de lui avoir permis de s’introduire par effraction dans sa cuisine et passa à la seconde pièce.

Devant cette nouvelle porte, elle répéta le même processus que pour la première, s’excusant de venir ainsi fouiner chez quelqu’un qu’elle ne connaissait pas avant d’entrer. Cette salle là lui faisait penser à une entrée. Un portemanteau immense mangeait entièrement le mur du fond auquel étaient suspendues plusieurs vestes. Elle se dépêcha de faire les poches de chaque habit, dénichant cinq clefs différentes.
Elle se tourna ensuite vers un meuble possédant deux tiroirs l’un en dessous de l’autre ainsi qu’un placard et passa sa loupe et la lumière de sa lampe à l’intérieur. Elle ne trouva rien.
Elle se tourna ensuite vers une espèce d’habitacle incrusté dans le mur et fermé par deux carreaux en verre. Ceux-ci étaient fermés à clefs et après avoir essayé celles qu’elle possédait, elle renonça et démolit le verre avec sa lampe. Elle examina le contenu de ce dernier endroit où pouvait se cacher la fameuse clef et ri en constatant qu’une panoplie de clefs était sagement accrochée les unes derrière les autres. Elle les arracha à leur lieu d’origine et sortit.

De nouveau dans le couloir, elle rangea sa lampe et retrouva son assistant. Une fois devant lui, elle ouvrit ses deux mains en dévoilant la vingtaine de clefs qu’elle avait dénichées.


« Voilà qui est embêtant, n’est-ce pas Docteur Watson ? »

Elle se tourna vers la porte du fond et s’avança vers elle. Elle entreprit ensuite d’essayer une à une les nombreuses clefs qu’elle possédait. L’entreprise était assez ennuyante, mais elle ne se découragea pas, testant et retirant chacune des clefs. Une fois le travail achevé, elle ne pu qu’en conclure que la seule clef qu’ils désiraient n’étaient pas parmi celles qu’elle avait trouvées.
Elle se tourna vers le Docteur Watson et soupira.


« Aucune des clefs ne fonctionne, que suggérez-vous ? »

Elle sortit son ami Toy et le regarda un instant avant de hocher la tête en signe d’approbation.

« Oui, tu dois avoir raison… »

Elle sourit et reporta son attention sur Watson.

« Toy nous propose, puisque aucune des pièces ne contenait la clef que nous désirons, d’inspecter les murs. Qu’en pensez-vous ? »

Elle serra son ourson dans ses bras tout en regardant les murs, à la recherche d'une pierre différentes des autres qui aurait pu cacher la clef.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Hanso

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Il vaut mieux que personne soit l'ame soeur de Tony

Race : Luna
Élèments : Invisibilité, Traverser la matiere, Se téléporter

MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   Jeu 19 Juin - 12:07:42

Tony revint pour voir ce qu'elle avait découvert, elle possédait plusieurs clé qu'elle essaya sur la porte mais en vain. Apparement, aucune clé n'ouvrait cette fichu porte, Tony aurait pu la traverser sans problème, mais il devait sûrement y avoir une protection contre ce genre de pouvoir et puis Tony était en ce moment le docteur Watson.

La petite Sherlock parla à sa peluche, cette peluche proposa à son propriétaire de chercher dans les murs si la clé était caché. C'était une bonne idée pensa Tony, mais il avait un peu la fleme de regarder attentivement si chaque recoin du mur cachait quelque chose. Tony, en regardant si la petite sherlock ne regardait pas, se mit traverser le mur avec sa main, mais rien ne se fit sentir. Ce n'était pas dans les murs du côté de Tony, il regarda la fille qui n'avait pas l'air de trouver non plus. Tony se demandait à quoi servait les quatres pièces de ce couloir, dedans il y aurait sûrement des indices pour trouver cette clé.

Il décida donc de réinspecter chaque pièces, en commençant par la première qu'il avait inspecté en venant ici. Il fouilla les caisses de bois et les cartons, en poussant une des caisses, il vit une sorte de serrure sur le mur. Mais il fallait une clé pour cette serrure et Tony eut l'idée de prendre les clés à Sherlock, il lui prit sans la prévenir, comme un pick-pocket. Arrivé devant la serrure avec les clés, il les examina pour voir laquelle était la bonne, malheureusement elle se ressemblait tous. Tony en essaya une au hasard, il la rentra dans la serrure quand, un choc électrique se fit ressentir dans tous son corps, il tomba à terre et reprit son souffle. Il réexamina les clés et la serrure, il put constater que les clés avait une couleur légèrement différente. Tony avait enfin reussi à ouvrir cette serrure mais aucune porte ne s'ouvrit, juste un petit bruit se fit entendre. Il sortit de cette pièce considérant qu'il avait fait ce qu'il pouvait, il allait maintenant dans l'autre pendant que Sherlock cherchait la clé dans le mur.

Cette fois, c'était la pièce de cadavre, Tony cherchait partout dans la pièce, il bougeait les cadavres pour voir si il cachait quelque chose, malgrer l'odeur désagréable que ceux-ci dégageaient. Un des cadavres étaient fixés au mur et son ventre était ouvert, Tony observa l'ouverture, la serrure était derrière ce cadavre. Le problème, était qu'il ne voyait pas très bien la couleur de celle-ci à cause du sang sec, il hésita entre deux clé, il en essaya une. Au moment où il l'entra dans la serrure, aucun bruit ne se fit entendre, rien ne se passa. Soudain, quelque chose le saisit à la gorge, c'était le cadavre fixé au mur qui avait reprit vie, les autres commençaient à se relever à leurs tours, Tony ne pouvait pas les combattre tous en même temps. Alors qu'il était en train de se faire étrangler, il essaya l'autre clé, après avoir tourné celle-ci dans la serrure, le même bruit que la salle précédente se fit entendre et les cadavres retombèrent comme si la vie les abandonnait définitivement. Tony sortit de la pièce et s'adossa au mur pour récupérer, il y avait encore deux pièces à inspecter et il ne voulait pas se prendre encore un piège alors qu'il n'était pas préparer.

Ayant fini sa courte pose, il s'aventura dans la prochaine pièce, celle-là ressemblait à une cuisine équipé de beaucoup de placard. Il les ouvra un par un, il se dit qu'elle avait du faire la même chose pour chercher la clé, mais là c'était une serrure sur le mur qu'il chercha. Tous les murs étaient normaux, pas de serrure, Tony, énervé, se mit à cracher par terre, son cracha tomba à côté de quelque chose à terre, c'était la serrure. Il s'empressa d'utiliser la bonne clé pour celle-ci et après avoir entendu le même bruit que d'habitude, il sortit de la pièce pour aller dans la suivante.

Cette pièce ressemblait à une entrée, il chercha dans le premier meuble qu'il rencontra, balançant les tirroirs et regardant derrière si une serrure était présente. Il vit un porte-manteau, il se dit que la serrure était caché par les manteaux. Il s'approcha et essaya de virer le porte-manteau qui ne ceda pas, il enleva alors les manteaux qui était accroché, il regarda sur le mur mais rien, il tourna un peu les yeux et vit la serrure sur le porte-manteau. Cette fois il ne fallait pas se tromper de clé, il imaginait que le porte-manteau s'anime et l'attaque, mais il n'eut aucun mal à utiliser la bonne clé et le bruit habituel se fit entendre encore une fois, mais cette fois il entendit comme quelque chose tomber dans le couloir. Tony sortit pour voir ce qui s'était passé, une clé brillante était tombé sur la tête de la petite Sherlock.


"Félicitation Monsieur Holmes, vous avez trouvé la clé."

Dit-il avec un enthousiasme plus que negligeable, il n'eprouvait pas le besoin de faire part de sa découverte. Tony s'approcha d'elle et prit la clé sur sa tête, il regarda la clé qui était en argent et était plus grosse que les autres. Il s'avança vers la porte du fond, il entra la clé dans la serrure très délicatement, il ne fallait pas prendre le risque de déclencher un nouveau piège. Rien de grave ne se passa, le cadenas tomba, la porte commença à s'ouvrir doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ellyn Cromwell

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Toy... ?

Élèments : Traverser les matières solides, invisibilité

MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   Ven 20 Juin - 0:08:37

Les minuscules fissures dans les murs pouvaient constituer de parfaites cachettes pour cette clef qu’elle désirait tant. Elle posa son ours en peluche sur le sol pour ensuite coller la loupe contre son œil dans le but d’explorer chaque craquelure, chaque entaille présente sur le mur.
Durant son exploration, elle rencontra un ou deux insectes auxquels elle ne prêta aucune attention une fois qu’elle les eut inspectés et eut constaté qu’ils ne portaient pas la clef accrochée sur leur dos.
Les insectes n’avaient jamais été ses amis. Folle ou pas, ils la répugnaient, ne lui inspirant que de la peur, voir même de la colère lorsque ses crises se faisaient plus violentes. Il n’était pas rare que l’on retrouve autour d’elle de nombreux arachnides et autres bestioles en tout genre lorsque l’on rouvrait la porte pour voir si elle s’était calmée.
Une fourmi lui passa sous le nez. Elle approcha sa loupe tellement près de la pauvre créature que celle-ci finit écrasée par le verre. Ellyn appliqua une chiquenaude sur le cadavre de la malheureuse fourmi avec indifférence et passa à autre chose.

Elle ne trouvait rien. Et plus elle constatait que la clef était introuvable, plus cette quête l’énervait. Elle ne s’était pas rendu compte que le Docteur Watson avait disparu et celui-ci eut le rare privilège de ne pas assister à l’une de ses crises.

Les hallucinations apparurent une à une, en commençant par un autre ours en peluche qui n’était pas Toy. Elle essaye de l’envoyer valser, mais sa main fouetta l’air et, pour elle, ses doigts traversèrent la peluche. Elle ne comprenait pas. Pourquoi ? Pourquoi n’était-ce pas Toy ? Elle réitéra son geste pour obtenir le même résultat. Tapant violemment dans un des murs, la douleur à sa cheville qui était toujours foulée, s’intensifia, lui faisant perdre la tête. Des dossiers, des hommes, un lit couvert de draps blancs apparurent simultanément devant elle. Elle secoua la tête pour chasser ces images qui obstruaient son cerveau et l’empêchaient de réfléchir. Elle les détestait. Ils représentaient tout ce qu’elle souhaitait oublier et, comme à son habitude, elle se recroquevilla un peu plus dans sa folie.
Elle retint de justesse le hurlement qui allait s’échapper de ses lèvres. D’un coup, les images disparurent. Elle retrouva son calme, mais la graine de sa démence ne partit pas pour autant. Elle retourna à ses pensées enfantines que son esprit acceptait mieux que la violence dont elle pouvait faire preuve et se saisit brusquement de Toy, ayant oublié ce pourquoi elle était là.

Sa mémoire revint lorsqu’une clef lui tomba sur la tête. Oui, elle était là parce que cette église regorgeait de mystères. Une église ? Oui, c’était une église… Sûrement. Elle n’était sûre de rien et il fallut un moment à ses souvenirs pour revenir.
Une voix la tira de sa rêverie et une main se saisit de la clef sur sa tête. Elle leva les yeux vers le dos de la personne. Un homme ? Qui était-il ? Ah, oui ! C’était le fameux Docteur Watson, son assistant. Elle toucha ses cheveux là où les doigts du jeune homme les avaient frôlés. Pendant un instant, sa névrose s’intensifia, mais elle retomba trop vite pour que le Docteur Watson puisse avoir un joyeux aperçu des conséquences de son acte.
Elle serra son ourson dans ses bras, manquant de l’étrangler et murmura une excuse à l’oreille de Toy avant de reporter son attention sur son assistant qui avait l’air de prendre mille précautions pour ouvrir cette fichue porte qui la narguait depuis son arrivée dans cet étrange couloir.

La porte s’ouvrit enfin dans une lenteur abominable. Ellyn contourna son assistant, veillant à ce qu’aucune partie de son anatomie n’entre en contact direct avec le garçon et poussa la porte, entrant dans cette nouvelle pièce.
Il y faisait noir. Elle ne voyait rien, mais elle avança quand même, entraînée par sa frénésie et son envie de savoir. Cette « soif » ne se calma que lorsqu’elle parvint au centre de la pièce et que des lumières s’allumèrent une à une, illuminant l’endroit.

C’était une salle immense, pourvue d’un nombre incalculable de lustres qui croulaient sous les diamants. Le sol semblait couvert d’or, des tables s’alignaient le long de l’un des murs, garnies de victuailles en tout genre. Des décorations faites de pierres précieuses, d’or et d’argent scintillaient un peu partout et les tableaux accrochés aux murs criaient l’arrogance et le mépris de celui qui possédait cette pièce.
En regardant sur sa gauche, elle pu apercevoir au loin deux marches qui permettaient l’accès à une espèce d’estrade surélevait par rapport au reste de la pièce. Un tapis était étalé sur ce seul et unique endroit où étaient disposé quatre sièges sur lesquels trônaient fièrement quatre personnes. Elle supposa qu’il s’agissait du père, de la mère, du fils et de la fille. Le regard de ces personnes se tournait vers la salle et se concentrait sur quelque chose qu’elle n’avait pas encore vu, Ellyn constata alors que celle-ci grondait de gens dansant, riant et parlant. Elle ne comprenait pas comment elle n’avait pas pu se rendre compte plus tôt de leur présence, mais ce fait ne la préoccupa pas bien longtemps.

De peur de perdre Toy, elle le cacha dans son sac, rangeant également la loupe et la pipe. Elle se fraya un chemin au milieu de tous ces gens pour revenir vers la porte toujours ouverte et vers son assistant, une lueur amusée dans le regard.


« Docteur Watson ! N’est-ce pas merveilleux ? Un monde fait d’or et d’argent... Sommes-nous tombés dans un de ces contes de fées que l’on nous lit étant enfant ? » S'exclama-t-elle.

Elle se tourna à nouveau vers la pièce, un sourire aux lèvres. Ce genre de réception lui était familier. Bien que les temps aient changé et que ceux qui invitaient les gens ne siégeaient plus fièrement sur des trônes en or massif, lorgnant de leurs yeux hautains leurs invités, le contenu était le même.
Il fallait échanger des politesses, repérer ceux qui pourraient apporter quelque chose à l’entreprise familiale et écarter les profiteurs. Ces soirées étaient là pour permettre le développement et l’enrichissement personnels. Renforcer des amitiés et signer des contrats étaient les seuls et uniques desseins de ces fameuses « fiesta de riches » qu’envient tellement les pauvres…
C’était, à chaque fois, le bon moment et le bon endroit, quand chacun était enivré par l’alcool et le luxe.

Une femme, qui avait l’air d’être une servante, s’approcha d’Ellyn et lui toucha le bras. La jeune fille se retourna brusquement et croisa le doux sourire de la suivante.


« Veuillez m’excuser, je ne voulais pas vous faire peur. Si vous le voulez bien, veuillez me suivre s’il vous plaît. Nous vous attendions et nous avons préparé, spécialement pour vous, une robe qui, nous en sommes sûrs, vous siéra à merveille. » Lui dit-elle.

Ellyn jeta un coup d’œil à son assistant et constata qu’un homme, occupant probablement le même statut que la femme qui venait de lui adressait la parole se dirigeait vers lui. Il lui proposerait certainement les mêmes services que ceux qu’elle venait de lui offrir.
Elle adressa un sourire au Docteur Watson avant de suivre la femme qui l’entraîna au milieu de la foule avant qu’elles ne pénètrent dans une nouvelle pièce, une chambre tout aussi somptueuse que la salle de bal qu’elle venait de quitter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tony Hanso

Nouvel(le) arrivant(e)
Nouvel(le) arrivant(e)
avatar

Âge RP : Il vaut mieux que personne soit l'ame soeur de Tony

Race : Luna
Élèments : Invisibilité, Traverser la matiere, Se téléporter

MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   Mar 24 Juin - 10:52:46

Ils arrivèrent dans une grande salle, des personnes étaient assises tandis que d'autre étaient en train de danser. Tony ne comprenait vraiment pas, d'abord ils étaient dans un couloir bizarre, ensuite ils se retrouvent dans une salle où des personnes sortis d'on ne sait où, se mettent à danser comme si de rien n'était. Alors que Tony cherchait le moindre piège, une personne se rapprocha de lui, il se mit tout de suite en position d'attaque prêt à frapper celui qui avait oser le toucher. Il s'arrêta à temps, quand il vit que c'était une personne qui voulait lui proposer de changer de vêtement, la petite Sherlock avait droit à la même chose mais c'était une femme qui lui proposa de se changer. Ce qui était bizarre, c'est qu'ils étaient soit-disant attendu, ce qui était vraiment pas normal, mais Tony ne fit rien, il suivit l'homme pour voir dans quelle situation ça le menait. Il regarda la fille qui l'accompagnait, celle-ci lui fit un sourire et suivit la personne qui s'occupa d'elle. Tony suivit l'homme qui devait s'occuper de lui, jusqu'à arriver dans une très belle chambre qui n'était pas vraiment du gout de Tony. Un costume adapter pour cette soirée était accroché à un sintre accroché au lit. L'homme lui fit signe de mettre le costume ce que Tony fit, ce n'était pas vraiment son genre de fringue, en temps normal il aurait frapper cet homme pour ça. Une fois son costume mit, il se mit à resuivre l'homme qui le complimenta sur sa tenue.

Ils étaient revenu dans la grande salle, Tony était beau, enfin sa tenue était belle, elle mettait en valeur Tony ce qui n'était pas dans son habitude. Plusieurs femme, qui discutaient entre elles, regardaient Tony tout en parlant, elles avaient l'air de s'y interesser. L'homme à côté de lui, lui suggéra d'aborder l'une de ces charmantes jeunes femmes, Tony s'approcha du groupe et proposa à la plus belle de danser avec lui. Tous les deux entrèrent dans la piste de danse, tournant dans la bonne humeur, sauf le visage de Tony qui avait toujours cet air intriguer. Il se demandait si ils étaient des shinigamis ou des illusions, mais peu importait, ils étaient en train de danser...Attendez, qu'est-ce qu'il faisait à danser, pourquoi se laissait il entrainer si facilement comme ça, il n'était vraiment pas du genre faire ça. Tony, croyant être hypnotisé, s'écarta de sa partenaire danse, il regarda autour de lui pour chercher l'autre gamine. La femme avec laquelle il dansait, essaya de le convaincre de danser encore un peu avec elle, il avait du mal à refuser pour on ne sait quelle raison, mais il se secoua la tête. Il traversa la foule, cherchant cette petite fille pour savoir si elle avait le même problème que lui. Dans sa course, un homme lui attrapa le bras en riant, il demanda à Tony de rester s'amuser avec eux, ce qui l'énerva. Tony envoya son poing dans la figure de cette homme, soudain toute la salle se figea, tous les gens avaient le regard sur Tony, mais le plus effrayant, c'est que leurs visage étaient horriblement déformé et leur air menaçant empirait les choses. Tony ne fit plus un geste brusque, il ne voulait pas prendre le risque de se battre contre toute ces créatures aussi bizarre soit elle. Après une petite attente, tout redevint normal, les gens se remirent à danser et à rire, Tony continua sa rechercher mais cette fois il le faisait dicrètement et calmement.


*Mais c'est quoi tout ça?...Elle est où l'autre, j'espère qu'elle s'est pas fait bouffer..?*

Tony avait du mal à se consentrer, déjà parce qu'il était tenter de danser et parce qu'il se demandait dans quelle situation il était. Ne trouvant pas cette fille dans la foule, il regarda dans toute la salle ce qui pouvait lui servir où les choses qui étaient plus bizarre que ce qui venait de se passer. Il put voir de loin, qu'il y avait quatre personne assise sur des sortes de trônes, celle-ci avaient l'air d'être les personnes les plus importantes de la salle. Tony s'approcha d'eux pour comprendre le mystère de cet endroit, toujours en avançant doucement pour ne pas subir l'attaque de toutes les personne présentes. Sa partenaire de tout à l'heure lui sauta dessus et le supplia de danser encore, Tony la prit et dansa mais il fit en sorte de se rapprocher des quatres personnes bizarre. Tony regarda de temps en temps sa partenaire de danse, celle-là était vraiment très belle, il avait presque envie de danser toute la nuit avec elle, mais repensa aux vrais visage de toute ces personnes, d'ailleurs le visage de la danseuse prenait sa vrai forme petit à petit avant de retrouver sa beauté en un clignemant d'oeil. En dansant, il se cogna à une personne qui avait l'air plus jeune, il regarda de plus prête et se rendit compte que c'était la petite Sherlock. Tony relacha sa partenaire, qui s'écarta.

"Je crois qu'on a un problème, c'est vraiment pas normal l'ambiance de cette pièce."

Il ne fit rien attendant que la petite fille réponde.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « La maison de Dieu »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« La maison de Dieu »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Aurore de Maison-Dieu '' Prenez moi tout, mais pas ma fille! ''
» Maison Biscornue et Discussion Tordue... [PV Judas Iscariote]
» Maison de Nara
» Ici, blague de Chuck Norris, ou plutot de DIEU!
» Maison de Riiko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
~ Shinigami World ~ :: ~ Shinigami School V2 ~ :: ~ Epreuves ~ :: ~ Aire du Chateau Hanté ~-
Sauter vers: